In Memoriam Serge Dassault

  • Imprimer Imprimer cette page
  • Email Envoyer cette page à un ami

Partager

  • Twitter Partager sur Twitter
  • Facebook Partager sur Facebook
  • Google+ Partager sur Google+
  • LinkedIn Partager sur LinkedIn

Avec la mort de Serge Dassault, les entreprises participatives perdent l’une de leurs figures les plus en vue. A la fin des années soixante, le général de Gaulle cherche une issue novatrice au vieux conflit capital travail, en proposant la participation des salariés aux résultats de leur entreprise. C’est à peu près à ce moment que Serge Dassault, alors jeune chef d’entreprise, lance un mouvement qui va dans le même sens. Quelques années plus tard, lorsque Rémy Schlumberger crée Fondact pour réunir tous ceux qui croient aux vertus de l’entreprise participative, Serge Dassault le rejoint et devient son vice-président. Poste qu’il occupa jusqu’à ces toutes dernières années.

Aucun de ceux qui l’ont connu ne s’étonnera qu’à la pensée novatrice il ait joint une action cohérente avec ses convictions. Chez Dassault Systems, d’abord, puis dans le groupe Dassault tout entier, il institue l’association des salariés aux bénéfices. Etape par étape, il met au point sa méthode des trois tiers : un tiers des bénéfices pour les actionnaires, un tiers pour les salariés, un tiers pour l’entreprise. Une façon simple, lumineuse et fédératrice de décrire d’où vient l’entreprise (ses actionnaires), ce qu’elle est (ses salariés) et où elle va (ses investissements, sa recherche).

Serge Dassault laissera bien des traces dans l’histoire de notre pays, son histoire aéronautique, bien sûr, mais aussi son histoire politique et économique. Même si d’autres avions, d’autres partis, d’autres majorités viennent un jour remplacer ce qu’il a contribué à créer. Mais son intuition de l’entreprise participative, elle, et son œuvre dans ce domaine, témoigneront longtemps de ce que nous lui devons.

 

Michel Bon

Président de Fondact

31 mai 2018

 

A lire aussi