La Fédération Européenne de l'Actionnariat Salarié publie le "Recensement Economique Annuel de l'Actionnariat Salarié dans les Pays Européens en 2016".

08/03/2017 - Sources : FEAS
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Email Envoyer cette page à un ami

Partager

  • Twitter Partager sur Twitter
  • Facebook Partager sur Facebook
  • Google+ Partager sur Google+
  • LinkedIn Partager sur LinkedIn

La Fédération Européenne de l'Actionnariat salarié (FEAS) publie le nouveau "Recensement Economique Annuel de l'Actionnariat Salarié dans les Pays Européens en 2016". 

L'actionnariat salarié se développe à travers l'Europe. La part détenue par les salariés dans les grandes entreprises européennes n'a jamais été aussi élevée, avec 3.20% en 2016 contre 2.48% en 2006. Cette part moyenne croissante indique que même parmi les plus grandes entreprises européennes, la part détenue par les salariés est dans de nombreux cas significative, stratégique ou déterminante.

Le Recensement est basé sur les 2.335 entreprises cotées de taille significative en Europe en 2016. Ensemble, elles représentent une capitalisation boursière de 10.147 milliards d'Euro en 2016, ou 99% de toute la capitalisation boursière européenne et 95% dans les entreprises cotées. Ces 2.335 entreprises donnent donc une image exhaustive de l'ensemble des entreprises cotées.

Parmi ces entreprises, la part des salariés est significative dans 1.220 ou 52% d'entre elles (les salariés détenant 1% ou plus), elle est stratégique dans 464 ou 20% des cas (les salariés détenant 6% ou plus) et elle est en position déterminante ou de contrôle dans 266 ou 11% d'entre elles (les salariés détenant 20% ou plus). Ces chiffres sont considérables.

Beaucoup de cas remarquables de l'actionnariat salarié en Europe sont à pointer parmi les entreprises européennes, même les plus grandes. Par exemple Voestalpine - dans l'acier en Autriche - avec 48.000 salariés détenant 14.5% ou 721 millions € en 2016, Saint-Gobain - matériaux de construction en France - avec 170.000 salariés détenant 8.1% ou 1.788 millions €, Veidekke - construction lourde en Norvège - avec 7.000 salariés détenant15.4% ou 241 millions €, Svenska Handelsbanken en Suède avec 12.000 salariés détenant 10.3% ou 2.082 millions €, Mondragon Corporación - multisectoriel en Espagne, avec 74.000 salariés détenant 89.9% ou 4.026 millions €, Siemens dans l'électronique en Allemagne avec 348.000 salariés détenant 3.1% ou 2.532 millions €, Prysmian dans l'industrie du cable en Italie avec 19.000 salariés détenant 2.5% ou 115 millions € in 2016.

Dans la plupart de ces entreprises, l'actionnariat salarié est le résultat de plans d'actionnariat basés sur des caractéristiques communes: ce sont des plans pour tous les salariés, sur une base volontaire, avec des prix avantageux et un encouragement fiscal, offerts chaque année, et qui doivent s'adapter aux multiples règles et fiscalités particulières de chaque pays européen. La représentation et la participation à la gouvernance est encore plus compliquée et elle s'observe principalement dans les pays qui ont une législation dans ce sens.

La publication complète est à télécharger ici.

 

A lire aussi